Col des Cerces Pointe des Cerces Col de la Ponsonnière Grand Galibier Col des Béraudes Lacs des glaciers Les Grands lacs Col des Marches Col des Bataillères Cheval Noir Col de la Croix Glacier de l'Etendard Mont Charvin Col du Bonhomme Gd Perron des Encombres Croix des Têtes Aiguille de l'Epaisseur Col des Cerces Col de la Ponsonnière Grand Galibier Col des Béraudes Lacs des Glaciers Les Grands Lacs Col des Marches Col des Bataillères Col du Cheval Blanc Col des Sarrasins Mont Thabor Col de la Roue Col d'Ambin Pointe des Cerces La Belle Plinier Tour du Gd Argentier Col des Evettes Lac du Grand Méan Grand Arc Col de Montjoie Cheval Noir Col de la Croix Glacier Etendard Mont Charvin Col du Bonhomme Perron Encombres Croix des Têtes Aiguille Epaisseur Col du Cheval Blanc Col des Sarrasins Gd Argentier Belle Plinier Col d'Ambin Lac de Savine Lacs Giaset Fort de Malamot Fort de la Turra Mont Froid Glacier d'Arnès Fort de Malamot Fort de la Turra Les lacs Giaset Col de Montjoie Hors parc de la Vanoise Le Grand Arc Lac du grand Méan Col des Evettes Mont Froid Glacier d'Arnès Lac de SavineDepuis le temps que je me disais; il faut absolument aller au plus près des Aiguilles d'Arves et, le seul endroit, à mon avis, où l'on peut s'en approcher presque à les toucher, eh bien, c'est à l'Aiguille de l'Epaisseur. Chose faite depuis peu et, autant le dire tout de suite, c'est une rando qui vous remue une carcasse. Donc à réserver à de bons marcheurs. L'endroit est peu fréquenté, 8 randonneurs seulement le jour où je me suis lancé et on comprend vite pourquoi. Si la pre- mière partie qui mène au refuge des Aiguilles d'Arves se réalise sans problème en deux petites heures, la suite est une autre paire de manches. Il faut pas moins de trois heures pour arriver au sommet, par un sentier dont le dénivelé est raide dès le départ du refuge et va en s'accentuant encore, sans le moindre temps mort, jusqu'à l'arrivée. Une solution peut être de s'installer au refuge des Aiguilles d'Arves pour attaquer le gros morceau à la fraîche après une nuit de repos. Au départ de Bonnenuit, traverser le pont, puis prendre à gauche pour attaquer le petit raidillon qui mène aux chalets des Aiguilles.
Un petit panorama pour ne pas changer les habitudes; celui-ci donne une idée du chemin parcouru jusqu'ici, dans la verdure au milieu des vachounes qui, faute de trains, regardent passer les randonneurs à longueur de journée, puis c'est l'arrivée au refuge, profitez-en pour faire le plein d'eau, vous en aurez besoin et, après l'avoir contourné, le gros morceau commence pour 3 heures de grimpée non stop. Il vous faudra à peu près 1 h30 à 2h de marche pour découvrir les Aiguilles comme sur la photo en dessous à droite.
La partie herbeuse disparait pour être remplacée par des roches et le chemin se suivra grâce aux cairns, les mains seront parfois aussi utiles que les pieds pour continuer à progresser. Les pauses (en ce qui me concerne) sont plus fréquentes. Ouais !!! ça y est, le sommet est juste au-dessus, encore quelques petits mètres et ... ben non, un sommet peut en cacher un autre et il faut continuer encore, mais cette fois, pour un quart d'heure environ. On se congratule, et puis ce n'est pas le moment que l'appareil photo tombe en panne, car il est évident que l'on ne reviendra pas demain. Ouf ! il fonctionne à merveille et on mitraille à tout va.
Cliquer sur le panorama pour le découvrir pleine page.
Au niveau Intêret global, j'ai mis trois étoiles seulement, à cause de la monotonie de la montée, surtout celle qui est la plus dure en plus, après le refuge. Elle n'en finit pas, le paysage n'est pas très varié et, il faut un bon moment avant d'apercevoir les Aiguilles d'Arves dans leur ensemble. Mais après quel régal jusqu'à l'arrivée qui est l'apothéose. Vous ne sentirez plus la fatigue et lorsque vous déballerez le casse crôute bien mérité, vous ne pourrez certainement pas vous empécher de penser qu'il n'existe aucun restaurant ayant une terrasse de cette classe. Pendant la montée aux chalets des Aiguilles. Ci-dessous; les chalets et ensuite le sentier devient très agréable jusqu'au refuge. On aperçoit au loin deux des Aiguilles.
Aiguille de l'Epaisseur
Accès au départ de la rando: St Michel de Maurienne; col du Télégraphe; Valloire et se diriger sur le col du Galibier, jusqu'à Bonnenuit et l'accès se situe à droite en contrebas de la route. Altitude départ parking de Bonnenuit : 1660 m Altitude refuge des Aiguilles d'Arves : 2260 m Altitude Aiguille de l'Epaisseur : 3230 m Dénivelé : 1570 m Temps : environ 5 h. (aller) Carte IGN 3435 ET - 3535 OT Voir parcours détaillé Photo de gauche: Arrivée au Commandraut (2114 m), face à l'Aiguille à gravir, dont j'ai noté le sommet. D'ici la pente n'a pas l'air si terrible que ça.
Les Aiguilles d'Arves ; 3514 m. d'altitude pour celle de gauche, 3513 m. celle du centre et 3358 et 3364 m. à droite (la tête de chat) sont de célèbres montagnes de Maurienne, situées au sud de St Jean de Maurienne et sont visibles de toute la région. Leur silhouette, à partir des hauteurs N.O. de Montrond, par exemple, est un des paysages les plus fameux de la Savoie, maintes fois photographiées et peintes. L'aiguille centrale fut escaladée pour la première fois par les frères Magnin, chasseurs de chamois de Valloire, en 1839. Le col des Aiguilles d'Arves sépare les aiguilles Nord et centrale.